Spéléo Club de la Vallée de Joux Toujours plus profond !+41(0)79 305 58 40
info@scvj.ch

Spéléo Club de la Vallée de Joux
Topographie du Kitkirutch

Et voici la documentation et la topo du Kitkirutch!

Gouffre du Kitkirutch N° 111

Commune

Savièse (VS)

Coordonnées

587.392 / 134.166, alt. 2170 m

GPS et carte au 1:5000

 

Historique

Découvert par hasard le week-end des 19-20 septembre 2004 lors d’une montée interclub sur le Lapi di Bou en direction d’une entrée potentielle du collecteur
(J. Briand, D. Christen, A. Conne, P. Dürrer, C. Heiss, G. Heiss, A. Perret et P. Tacchini). Motivés par le courant d’air, nous vidons sur-le-champ l’entrée de son éboulis et quelques tirs améliorent la première étroiture. Environ cinq sorties sont nécessaires pour arriver au fond actuel.

 

Description

Le méandre d’entrée, d’où sort un courant d’air en été, se rétrécit rapidement pour former une première étroiture (qui reste glacée une bonne partie du printemps). La suite (P7, P5), plus confortable, est creusée aux dépens d’un joint de strate incliné (45°). Au-dessus d’un petit effondrement, une cheminée devient vite impénétrable. Une jolie concrétion rouge se remarque sur la droite alors que vers l’aval, deux galeries continuent : l’une, horizontale, débouche au sommet d’un P9 aux parois friables. L’autre, méandre descendant de taille modeste, rejoint le même lieu mais par un P4 plus sain. Cette salle sur joint de strate bien marqué est percée par le départ d’un P27 de belles dimensions (ce départ était partiellement encombré d’un éboulis lors de la première visite). Une petite arrivée d’eau rejoint également ce lieu.

 

En bas, la suite se trouve après la trémie. On y accède par un P8 pas très large qui s’ouvre entre deux banquettes ; il nous permet de rejoindre la base du méandre. L’eau disparaît alors dans un petit siphon. En remontant sur des margelles bien sculptées, l’ouverture praticable du puits suivant se dessine à l’extrémité de la galerie. Le départ de ce P22 est étroit, malgré le travail d’élargissement nécessaire à la progression ! Au-dessus, une cheminée semble obstruée par quelques rochers. Le puits est spacieux, des quantités de sédiments (graviers et argile) en occupent le fond.

 

Au-delà, la cavité se développe principalement horizontalement et revêt une couche d’argile plus ou moins uniforme… Un ressaut de 3 mètres marque le départ d’un méandre confortable. On distingue une première perte minuscule au sol. La galerie remonte, le sol est recouvert de sédiments et la morphologie change : les galeries sont de profil phréatique, à nouveau creusées sur des joints de strates. On rencontre encore deux pertes impénétrables sur la droite, de facture plus récente (on distingue les surcreusements méandriformes). Toute cette première partie se développe du nord au sud alors que la suite est déterminée par une faille est-ouest.

 

 

Au sommet de ce puits, une traversée permet de retrouver la prolongation vers l’ouest de la Conduite des Fistules. Il s’agit d’une galerie sur faille relativement étroite et entrecoupée de quelques cheminées. La suite est en cours d’exploration.

 

Depuis l’élargissement précité, la galerie tourne à 90° pour remonter plein est le long du joint de strate, profitant de cette importante fracture (est-ouest). A mi-hauteur, une galerie elliptique se détache (Conduite des Fistules). Percée d’un P17 borgne et ornée de quelques fistules, elle se termine sur un comblement sableux et argileux. La suite principale (galerie des Strates Cupuleuses) est accessible par une première escalade de 5 m, suivie d’une deuxième de 3 m. Le sol est sableux. Un petit passage bas, un élargissement-perte, un deuxième passage bas désobstrué et la galerie reprend des dimensions humaines. Un P15 borgne en perce le sol mais, en face, une rampe (P10) donne accès à deux cheminements possibles : soit un R5 ébouleux (à droite), soit quelques mètres de galerie suivis d’un R2 (à gauche). Tous deux rejoignent un ultime joint de strates concrétionné. Au point bas se dégage un méandre étroit et ventilé, entrecoupé de quelques petits ressauts.

 

Une désobstruction a permis d’y progresser encore quelques mètres avant qu’un comblement stalagmitique réduise la largeur du méandre à quelques centimètres. Cela empêche toute continuation sur environ cinq mètres visibles. Ce point est situé environ 20 mètres à la verticale d’une galerie du gouffre Coudou, N° 5.

 

Particularités

La première partie de la cavité, jusqu’en haut du P27, se développe dans le Priabonien. Des remplissages interstrates de grès sidérolithique sont bien visibles au sommet du P27. Le reste de la cavité se développe dans l’Urgonien.

Equipement (approximatif)

 

P7 : corde de 30 m, 2 spits

P5 : 2 spits

P4 : corde de 12 m, 2 spits

P27 : corde de 40 m, 4 spits (vire d’accès) et une déviation à placer

P8 : corde de 15 m, 2 spits

P22 : corde de 40 m, 2 spits, 1 spit, 1 spit

 

Traversée donnant accès à la galerie ouest : corde 15 m, 2 spits un amarrage naturel

 

Galerie est (Strates Cupuleuses) :

E5 + E3 : corde 20 m, 5 spits

P10 : corde de 25 m, 2 spits (vire p15), 2 spits

 

 

Coupe du Kitkirutch:

Téléchargez ici la coupe en pdf!

 

Plan du Kitkirutch:


Et ici le plan en pdf…

Les commentaires sont fermés.

Login
Recherche
Catégories