Spéléo Club de la Vallée de Joux Toujours plus profond !+41(0)79 305 58 40
info@scvj.ch

Spéléo Club de la Vallée de Joux
Petits gouffres jurassiens
Divers trous, classés par commune

L’Abbaye

Baume de la Duchatte (139/4)

Situation de la cavité

Du village des Bioux, prendre la route qui mène en direction du Chalet Neuf. A la croisée des chemins, qui lui fait suite, prendre en direction du chalet de la Duchatte. La baume s’ouvre 450 mètres au sud / sud-est du chalet, sur un replat dans le pâturage.

Historique des explorations

La première description de la cavité est donnée par P.-J Baron (1969). En 2002, la baume est répertoriée comme gouffre-poubelle comblé. En 2004, dans le cadre de la campagne de dépollution du canton de Vaud (ISSKA 2004), la baume est nettoyée et  topographiée.

Descriptions de la cavité

L’entrée, de 1,40 x 2 mètres s’ouvre au milieu du pâturage. Un ressaut de 6 mètres sur une faille bien visible (155 degrés) se termine sur un fond de terre et de caillou.
Une départ impénétrable prolonge la fracture au niveau d’un ressaut à -4 mètres.

Paléontologie

La cavité a servi de charnier. De nombreux ossements de bovidés (dont les crânes) ont été mis à jour.

Géologie / hydrogéologie

Des colorations (Perrin 2002) ont démontré une communication directe de cette zone avec la source de la Lionne, à l’Abbaye.

Fiche d’équipement

Le ressaut peut être équipé avec une corde de 7 mètres, les spits sont à planter. Un tronc par-dessus l’ouverture peut éviter la mise en place d’un équipement à même la roche.

Bibliographie

AUDETAT M., HEISS G., Inventaire spéléologique de la Suisse tome 4, Commissions de l’Académie suisse des sciences naturelles, La Chaux-de-Fond, 2002.
BARON P.-J, Spéléologie du canton de Vaud, éd. V. Attinger, Neuchâtel, 1969.
BLANT D., WENGER R., Inventaire des sites souterrains pollués du canton de Vaud, Institut suisse de spéléologie et de karstologie, La Chaux-de-Fonds, 2001.

Creux de l’Aouille (139/16)

Historique:

Un habitant du village du Pont signale l’entrée du trou au SCVJ. La voûte de terre s’est effondrée après l’hiver 2003 – 2004, révèlant ainsi le petit orifice. Une grande équipe motivée du se retrouve alors à l’entrée afin de l’explorer et de le topographier.

Situation:

Au dessus du village du Pont, il faut empreinter la route menant à l’alpage de l’Aouille ainsi qu’au stand de tir. Peu après le chalet de l’Aouille, l’entrée se situe dans le paturage, 50 mètres à droite de la route, à mi distance entre le stand de tir et les cibles.

Description:

Un petit orifice (0.5 par 0.5 m) au milieu du pré domine un puits de 5 mètres, allant en s’évasant mais comblé de terre à sa base. L’épaisseur du couvert végétal est bien visible (0.8 m); les parois sont très corrodées.

Equipement:

Une poutre en travers du puits et une corde de 7 m sont nécessaires.

Bassins

Baume du Frisson (224/43)

Situation:

Entre les points 1259 et 1265 (route direction les Pralets, la Bassine), repérer une butte perpendiculaire à la route peu après les vastes places de camping. La baume s’ouvre en lisière de forêt à 30 mètres de la route, direction nord-est. Derrière la clôture, l’entrée est entourée d’un petit muret.

Historique:

L’entrée a été découverte par le SCVJ en 1996 (G. Heiss). Une série de désobstructions (SCVJ 2003) permirent d’ouvrir le puits de 8 mètres.

La topographie est dressée le 29 août 2004.

Description:

Un ressaut de 2 mètres partiellement désobstruée aboutit dans une petite salle encombrée de blocs. Au nord-ouest, un départ boueux resté libre au travers de l’effondrement de la voûte se prolonge par une galerie basse mais large jonchée d’énormes dalles en provenance du plafond. Celles-ci obstruent la suite après 6 mètres de progression.

Au sud-est de la salle, un puits sur faille (135°) s’ouvre sous une imposante dalle, pour terminer 8 mètres plus bas sur une obstruction de blocs.

Géologie, hydrologie:

La baume s’ouvre probablement dans les calcaires du Kimméridgien.

Quelques ruisselements sont visibles lors de pluies.

Equipement:

Une corde de 15 mètres (a.n. sur arbre, déviation sur poutre) permet de descendre le R. 2 et le P. 8.

Bibliographie

AUDETAT M., HEISS G., Inventaire spéléologique de la Suisse tome 4, Commissions de l’Académie suisse des sciences naturelles, La Chaux-de-Fond, 2002.

Grotte du Défilé (224/30)

A suivre…

Bière

Grotte du Papillorama (20/85)

Situation

Depuis la citerne Eparcillon, suivre la route pour le Pré aux Biches puis prendre le chemin gravilloné direction Monts de Bière Derrière. Peu après une barrière, une piste se détache sur la gauche pour rejoindre une grande place herbeuse. La grotte s’ouvre 70 mètres au nord, au fond d’une doline peu avant le lapiaz du Pic Noir (deuxième doline d’un petit alignement).

Historique

Une prospection permit à Amandine Perret, Christophe, Sophie et Julien Briand de repérer un écho au fond de la petite galerie d’entrée. Cet indice incita à entreprendre une désobstruction qui livra la suite de la cavité après 2 jours (juin 2004). La topographie fut levée le 29 août 2004.

Description

Une petite galerie de 0.8 x 0.6 m s’ouvre au fond de la doline, au pied de la parois.

Un ressaut terreux de 1,5 mèrtes amène à un étroit coude de méandre débouchant rapidement au sommet d’un ressaut de 3 mètres. A sa base, on prend pied dans une galerie plus vaste (1 m de large pour 3 m de haut), décorée de quelques modestes concrétions Du moonmilch recouvre certaines parois. Peu après, un dernier ressaut de 1 mètre termine la baume au pied d’une trémie qui correspond sans doute à une vaste doline en surface.

Une petite cheminée s’élève au dessus du point bas tandis que revenant sous la galerie, une faille impénétrable laisse filtrer un léger courant d’air.

Biospéléologie

Un grand nombre de moucherons et de papillons ont élu domicile dans la cavité.

Géologie / hydrogéologie

Aucun écoulement n’a été remarqué. La grotte se développe dans les calcaires du Kimméridgien avec un pendage de – 5°.

Cette cavité doit appartenir à un ancien réseau se développant à proximité de la surface comme en témoigne d’autres sites similaires (20/40; 20/47) situés sur une fracture nord-sud marquée.

Equipement

Le ressaut de 3 mètres nécéssite une corde de 8 mètres. Un spit au sommet.

Bibliographie

AUDETAT M., HEISS G., Inventaire spéléologique de la Suisse tome 4, Commissions de l’Académie suisse des sciences naturelles, La Chaux-de-Fond, 2002.

Le Chenit

Baume des Grands Crosets (140/31)

Baume déjà répertoriée dans l’inventaire (AUDETAT M., HEISS G., Inventaire spéléologique de la Suisse tome 4, Commissions de l’Académie suisse des sciences naturelles, La Chaux-de-Fond, 2002).

La campagne de dépollution 2004 l’a libérée de ses trois fournaux et autres déchets encombrants, ce qui justifiait une petite mise à jour!

Grotte du Moucheron (140/112)

Situation

 

Historique

 

Description

 

Biospéléologie

Un grand nombre de moucherons ont élu domicile dans la cavité.

Géologie / hydrogéologie

La grotte se développe au bénéfice d’un joint de strates dans les calcaires du Kimméridgien. Une fracture détérmine l’orientation de la galerie.

Un petit filet d’eau provient du méandre impénétrable proche de l’entrée. Nous le suivons plus ou moins jusqu’au fond où il se perd au travers de la trémie. Quelques ruissellements proviennent des cheminées de la salle terminale ainsi que de la petite cheminée intermédiaire.

Equipement

Aucun équipement n’est nécessaire pour visiter cette grotte.

 

Baume du Giloui (140/x)

Situation:

Dans les bois du Risoux, depuis la cabane ?, prendre la deuxième sente de débardage partant sur la droite (nord) sur environ 50 mètres. L’entrée, bien visible, se trouve à 1 mètre sur le  bord gauche du chemin.

Historique:

Un bûcheron mentionne ce gouffre à Denis Meylan en 2004.
Après de brèves recherches, il s’avère que ce trou béant n’est pas répertorié.
Toute une équipe du SCVJ retrouve le joli orifice et explore la cavité. La topographie est dressée le même jour.

Description:

L’entrée est un pentagone d’un mètre de large qui perce un sol incliné.
Le puits, verticale relativement vaste de 9 mètres, est entrecoupé d’un petit ressaut terreux à –7 m. Une pente inclinée poursuit la cavité en se rétécissant, puis finit obstruée trois mètres plus loin par des blocs.

Equipement:

12 mètres de corde, 1 sangle (arbre) et un protège corde permettent d’atteindre le fond.

Baume de la Pionce (140/114)

Situation:

100 mètres avant le chalet du Pré aux Veaux, suivre une petite crête herbeuse sur la droite (est) sur 75 mètres. La baume s’ouvre sur son flanc nord, sous un jeune sapin dans le pâturage.

L’orifice, discret, est couvert de piquets.

Historique:

Cette cavité était connue visiblement que des habitants des alpages. C’est au cours de la campagne de dépollution du canton de Vaud 2004 que le paysan de l’alpage signale cette entrée aux explorateurs. Le retrait d’un lit dévoila la suite de la cavité.

Description:

Une ptite entrée recouverte de piquets (1 x 0.6 m) surplombe un ressaut terreux de 2 mètres. Une brève pente ébouleuse suivie d’un ressaut de 1 mètre domine une pente encombrée de gros blocs. Un minuscule boyau impénétrabée prolonge la cavité au raz du sol.

Paléontologie

Divers ossements jonchaient le sol: 3 têtes de porcs domestiques, 1 vache, 1 chevreuil et quelques petits rongeurs indéterminés.

Géologie / hydrologie:

La cavité se développe dans les calcaires du Kimméridgien.

Quelques écoulements se perdent dans le boyau terminal lors de fortes pluies.

Les commentaires sont fermés.

Login
Recherche
Catégories