Spéléo Club de la Vallée de Joux Toujours plus profond !+41(0)79 305 58 40
info@scvj.ch

Camp d’été 2018 au Lapi di Bou
  • Date de la sortie : 4-12.8.2018
  • Cavité : Lapi di Bou
  • Participants : Miguel, Amandine, Félix, Marc, Daniel C.,Tristan, Florian, Manu, Daniel E., Patrick, François, Mandy, Jean, Johann, Floriano, Marina, Pierre Xavier dit PX
  • But de la sortie : Exploration des cavités du Lapi di Bou
  • Auteur de l’article :  Miguel

Comme le Lapi di Bou offre toujours de nombreux gouffres prometteurs, nous avons, cette année aussi, choisi une série d’objectifs alléchants, en fonction des envies et humeurs de chacune et chacun.

Priorité, bien sûr, au gouffre du Blizzard, supposé jonctionner tôt ou tard avec la grotte des Pingouins. Une première équipe est toutefois ressortie avant même d’attaquer les choses sérieuses, afin d’éviter une expé qui s’annonçait interminable et frigorifiante. Deux autres équipes ont, quant à elles, pu réaliser un bouclage entre les galeries Ronflante et du Bip, et entamer l’escalade de la cheminée terminale de la galerie du Bip.

Dans le bien nommé gouffre Cadeau, nous avons eu la surprise d’explorer sans matériel une belle galerie phréatique fossile partant vers l’amont et soufflant un puissant courant d’air glacial, ainsi qu’un aval mi-phréatique, mi-méandre cupulé, qui avale une partie au moins de ce courant d’air. Dans les deux cas, arrêt sur ras le bol (essentiellement dû au froid !). Parmi les nombreuses concrétions cassées qui jonchent le sol, une stalactite brisée a été ramenée pour datation.

Un bivouac a également été aménagé sur le lapiaz, en prévision des longues expés espérées dans le gouffre Cadeau.

Le gouffre des Bougies a, quant à lui, vu son terminus descendre de quelques mètres après un creusage dans l’étroiture terminale. Il reste encore à faire, mais le courant d’air est, là aussi, extrêmement encourageant. Une jonction avec la petite grotte proche N° 26 a été réalisée à vue, mais le travail de désobstruction pour passer physiquement n’a pas été jugé en valoir la peine.

Nous avons également pris la peine de déséquiper entièrement le gouffre Kitkirutsch, qui fait désormais partie de l’histoire. Une bonne partie des cordes partira au rebut.

Enfin, une expé a permis de ressortir un logger de température et d’en placer un autre dans la grotte des Pingouins. D’autres loggers ont également été relevés dans plusieurs cavités du vallon de la Lé. La chauve-souris momifiée trouvée l’année dernière dans la grotte rectiligne – et oubliée à l’entrée de celle-ci – n’a malheureusement pas été retrouvée, probablement emportée par l’une ou l’autre tempête hivernale.

La cabane qui nous abrite depuis quelques années ayant subi des dégâts à la toiture, nous avons également donné un coup de main aux hommes des BKW venus les réparer.

Cette année, nous avons malheureusement déploré un accident : une chute de pierre a provoqué une double fracture de la main, heureusement à quelques mètres seulement de la sortie. Comme les cavités étaient encore gelées il n’y a pas si longtemps, notamment dans les zones d’entrée, ces dernières sont très instables, et les chutes de pierres représentent un danger certain, qui requiert une progression particulièrement attentive et en douceur.

Trombinoscope du camp

Les commentaires sont fermés.

Login
Recherche
Catégories